L'Histoire oubliée

La Vasgovie : le massif montagneux oublié

La Vasgovie sonne et résonne comme un pays tout droit sorti d’un monde imaginaire. Elle est pourtant là, à cheval entre la France et l’Allemagne et marque une transition entre les Vosges et la Forêt Palatine.

La Vasgovie, à cheval entre la France et l’Allemagne

Direction le nord de l’Alsace. Si vous demandez un habitant de Wissembourg, comment se nomme le massif montagneux au pied de sa ville, il vous répondra probablement « Les Vosges ».

Pourtant, en prenant une carte de France des massifs montagneux, les Vosges s’arrêtent à l’ouest de Strasbourg. Wissembourg se trouvant 50km au nord.

Alors oui, les sommets y sont bien plus bas et cette absence peut s’expliquer par des jeux de couleur sur la carte.

Carte des reliefs de France

Mais en observant une carte du relief du Massif des Vosges, Wissembourg n’y apparaît même pas ! Le Massif s’arrête généralement à hauteur du Col de Saverne, à quelques dizaines de kilomètres près, selon les cartes et interprétations.

Pourtant, de moyennes montagnes sont bien là et elles continuent au nord, jusque dans le Palatinat en se nommant tour à tour « Vosges du Nord », puis « Forêt Palatine ».

Ce qui m’a fait me poser la question de la méthodologie utilisée, pour désigner un massif montagneux.

Carte du Massif des Vosges

Par définition, un massif montagneux se fait sur la base de trois critères : la morphologie (l’étude des formes), la structure et la pétrographie (description des roches).

Les Vosges du Nord et le sud de la Forêt Palatine partagent de nombreuses caractéristiques morphologiques, structurelles et pétrographiques, mais portent des noms différents.

Une dénomination existe pourtant, pour désigner cette zone de transition entre les Vosges et la Forêt palatine : la Vasgovie (Wasgau en Allemand).

Carte Vasgovie

De petites montagnes, entaillées de vallées ponctuées d’étangs

La Vasgovie s’étend du nord de Saverne (Alsace), à l’ouest de Landau (Rhénanie-Palatinat) et peut se résumer en trois mots : le grès, la forêt et l’eau.

Paysage de Vasgovie (Photo : Cedric Schell)
Paysage de Vasgovie (Photo : Cedric Schell)

Ses montagnes de grès culminent en général entre 300 et 500 mètres, le plus haut sommet est le Grand Wintersberg avec ses 581 mètres suivi du Rehberg et ses 577 mètres.

Ces doux paysages de petites montagnes et vallons encaissés, donnent à la Vasgovie un micro-climat très frais.
Il est fréquent que des gelées se produisent dans ses vallées étroites, jusqu’à la fin du printemps.

Paysage de Vasgovie (Photo : Cedric Schell)

Une région riche de nombreux châteaux forts

Sur les 500 châteaux situés en Alsace et dans le Palatinat, 95 se trouvent en Vasgovie !

Cette zone de petites montagnes était le théâtre de nombreux conflits et prises de pouvoirs. Des celtes aux révolutionnaires, en passant par les romains ou encore les comtes au Moyen-Âge.

Château de Trifels (Photo : Cedric Schell)
Château de Trifels (Photo : Cedric Schell)

Aujourd’hui, une centaine de châteaux et plusieurs lieux de culte celtes subsistent en Vasgovie, héritiers d’une histoire mouvementée.
Le Fleckenstein, le Wegelnburg (en image de couverture) ou le Trifels sont parmi les châteaux les plus connus.

Château de Fleckenstein (Photo : Cedric Schell)
Château de Fleckenstein (Photo : Cedric Schell)

La plupart des châteaux sont construits sur des pitons rocheux de grès, qui font fortement partie de l’identité de la région.
Ils offrent des paysages dignes des plus beaux canyons d’Arizona, alors qu’ils ne se trouvent qu’à 60km de Strasbourg.

L'Altschlossfelsen (Photo : Cedric Schell)
L’Altschlossfelsen (Photo : Cedric Schell)

Sur les flancs de la Vasgovie, vignes et villages à pans de bois

Beaucoup de gens l’ignorent, mais la Route des Vins d’Alsace est divisée en deux parties, dont la partie nord emprunte 10 kilomètres de routes avant de rejoindre Wissembourg et se prolonger pour devenir ensuite la Route des Vins allemands.

Wissembourg (Photo : Cedric Schell)
Wissembourg (Photo : Cedric Schell)

Cette continuité marque un paysage typique de cette partie à la limite est de la Vasgovie, le vignoble !

Ça peut aussi te plaire :  Le village de La Belle et la Bête se trouve en Alsace !

La Route des Vins se poursuit ensuite vers le nord, pour longer l’intégralité de la Forêt palatine et traverser de merveilleux villages à pan de bois.

Vignoble de Rott (Photo : Cedric Schell)
Vignoble de Rott (Photo : Cedric Schell)

Les Vosges et la Forêt palatine, une « frontière » plutôt floue

Pour rédiger cet article, des recherches en français, allemand et anglais ont été effectuées. Ce sont grâce à ces deux dernières langues, que j’ai pu trouver le plus d’informations.

Coté français, le terme « Vasgovie » apparaît dans certaines encyclopédies mais est totalement absent d’autres, qui parlent de basses Vosges gréseuses.

Côté allemand le terme est bien employé, pour désigner le sud de la Forêt du Palatinat, dont la délimitation géographique court jusqu’au Col de Saverne, en Alsace.
En témoigne d’ailleurs la ville de Phalsbourg après le col de Saverne, qui tire son nom de Pfalzburg, Pfalz signifiant « Palatinat » et « Burg », forteresse.

Paysage de Vasgovie (Photo : Cedric Schell)
Paysage de Vasgovie (Photo : Cedric Schell)

Il s’agit d’un terme dont la définition existe, mais qui reste peu utilisé. La Vasgovie (ou Wasgau) est aujourd’hui employée uniquement pour désigner les alentours de Dahn, avant la frontière avec la France.

Le Rötzensteinpfeiler (Photo : Cedric Schell)
Le Rötzensteinpfeiler (Photo : Cedric Schell)

Il est communément admis que les Vosges s’arrêtent à la frontière entre la France et l’Allemagne, mais comme une frontière est tracée par l’homme et qu’elle est de nature changeante, elle ne peut caractériser la limite d’un massif montagneux.

Cette région fut le théâtre de nombreuses prises de pouvoir entre la France et l’Allemagne et ce flou n’est pas anodin.
Pour en comprendre son nom, il faut remonter un peu dans le temps.

Château de Berwartstein (Photo : Cedric Schell)
Château de Berwartstein (Photo : Cedric Schell)

La Vasgovie, un nom dérivé du dieu celte Vosegus ?

Plusieurs hypothèses circulent sur le terme de Vasgovie (en français) et Wasgau (en allemand). La plus commune pour expliquer son origine, est une référence au dieu celte des Vosges, incorporé au panthéon romain sous le nom de Vosegus.

Carte Arduinna et Vosegus

Les Romains parlaient ainsi des Vosegus mons (les montagnes de Vosegus) et des Vosegus silva (les forêts de Vosegus, qui s’étendaient pour eux jusqu’à Mayence) dont sont issues les formes latines Wasacus, Vosagum, Vosegus ou Vosagus et, de là, le moyen haut allemand Wasigen puis Wasgen, auquel s’ajoute le suffixe -gau, ou comté.

Château de Berwartstein (Photo : Cedric Schell)
Château de Berwartstein (Photo : Cedric Schell)

La Vasgovie, rare réserve de biosphère transfrontalière au monde

Ces paysages très riches sont injustement sous-estimés, au profit d’endroits plus connus tels le Hohneck, le Grand Ballon ou encore le Château du Haut-Kœnigsbourg.

Pourtant, La Petite Pierre, les Châteaux de Fleckenstein et de Wegelnburg ou encore le Rocher de Dahn offrent de merveilleuses idées pour se dépayser, à quelques encablures de Strasbourg.

Erlebnispark Teufelstisch (Photo : Cedric Schell)
Erlebnispark Teufelstisch (Photo : Cedric Schell)

Depuis 1998, la Vasgovie est reconnue par l’UNESCO comme réserve de biosphère, comme 700 autres réserves à travers le monde. Seules 21 sont à cheval entre deux pays.

Ces endroits méconnus et parfois oubliés forment un joli massif de transition entre les Vosges et le Palatinat, qui mérite assurément le détour : la Vasgovie.

Château de Wegelnburg (Photo : Cedric Schell)
Château de Wegelnburg (Photo : Cedric Schell)

Pour aller plus loin …

Un grand merci au photographe Cédric Schell, qui a accepté de partager ses photos pour mettre en lumière la Vasgovie et ses merveilles !
Il est possible de le suivre dans ses aventures sur son compte Instagram très souvent alimenté, mais aussi sur Facebook.

Pour rédiger cet article, plusieurs ressources en ligne pour me documenter sur plus de 2000 ans d’histoire …

Fan d'OSS 117. Et habilement de Strasbourg, bien entendu <3

Écrire un commentaire